× Le coin convivial. On y discute de tout et de rien en général.

Topic-icon "Jean-Claude Rudaz", le pilote qui a troqué son volant F1 pour celui d’un boeing

porci82 a créé le sujet : "Jean-Claude Rudaz", le pilote qui a troqué son volant F1 pour celui d’un boeing 10 Aoû 2022 10:02 #80499

Un personnage que j'ai découvert ce weekend :

Jean-Claude Rudaz, le pilote qui a troqué son volant de F1 pour les commandes d’un Boeing

Le Sédunois a brillé sur les circuits et les routes avant de faire carrière dans les airs. Quelle trajectoire!


Jean-Claude Rudaz adore désormais retaper de vieilles voitures dans son atelier, à Bramois. Une vie casanière, enfin.
Sacha Bittel


Trois vies. Au moins. Il y a l’œnologue, le diplômé qui aurait dû reprendre le commerce de vin familial. Il y a le pilote auto, trop méconnu, probablement. Et il y a le pilote de ligne, un métier qui a fait sa richesse. Non pas au sens vénal. Au niveau intellectuel, plutôt. Parce que si Jean-Claude Rudaz, bientôt 77 ans, s’est très vite éloigné de sa formation initiale et qu’il s’est pratiquement ruiné, un volant entre les mains, c’est aux commandes d’avions privés ou de ligne qu’il s’est réellement épanoui. Qu’il a fait sa – vraie – vie, finalement.

Retour sur le plancher des vaches. Du bitume. Jean-Claude Rudaz a 22 ans lorsqu’il côtoie le milieu de la F1. Quelques semaines plus tôt, il s’est acheté une Cooper d’occasion. Quelque 37 000 francs qu’il a réunis en grattant les fonds de tiroir. «J’ai obtenu de mon père une avance d’hoirie sur l’immeuble et des vignes que ma famille possédait en ville de Sion», explique-t-il.

Le GP de Monza aurait dû lancer ma carrière. Il a signifié la fin de l’aventure.
JEAN-CLAUDE RUDAZ, EX-PILOTE


Ce 6 septembre 1964, à Monza, le Sédunois s’apprête donc à devenir un pilote de F1. A part entière. C’est le début de l’aventure. «Le début de la fin», sourit-il. C’est vrai que ce GP d’Italie fera de lui le Suisse à la carrière de F1 la plus courte de l’histoire. «Je m’étais qualifié en 20e position mais j’avais cassé mon moteur dans le dernier tour. J’aurais pu ne rien dire, me présenter sur la ligne, rouler 100 mètres et toucher la prime. J’avais au contraire tenté d’approcher Jack Brabham, qui possédait un moteur de réserve, pour qu’il me le loue.» Malheureusement, l’Australien n’avait pas trop apprécié que ce petit Suisse, quelques jours plus tôt, lui mette une seconde au kilomètre dans la vue, entre Sierre et Montana. «Il n’avait pas oublié. Pour moi, la F1 s’est arrêtée là…»

Au secours de Jo Siffert
Au début des années 1960, au volant de l’ancienne Lotus de Jo Siffert, puis d’une Cooper, Jean-Claude Rudaz est quasi intouchable dans les courses de côte. Elles font sa réputation, lui ouvrent les portes des circuits. Il dispute un premier Grand Prix de F1, hors championnat, à Syracuse. «A quelques tours de la fin, un concurrent m’a arraché une roue en me dépassant. Ça s’est terminé là. La veille, Jo Siffert avait eu un grave accident. J’étais là avec quelques pilotes pour retourner sa voiture et lui sauver la vie.»



Jean-Claude Rudaz avait le potentiel pour être l’égal de Jo Siffert et Clay Regazzoni.
JEAN-MARIE WYDER, JOURNALISTE DU SPORT AUTOMOBILE



Le Sédunois disputera encore deux courses hors championnat avant de se rendre à Monza, point final d’une carrière pourtant prometteuse. «Entre deux, j’ai disputé la course de côte Sierre-Montana comptant pour le championnat d’Europe de la montagne. Là où j’ai battu Jack Brabham…»

Un crime de lèse-majesté qui lui coûtera le GP de Monza et, peut-être aussi, une carrière naissante. «J’ai rencontré Jean-Claude Rudaz en 1964, lors de Sierre-Montana. J’avais 13 ans», raconte Jean-Marie Wyder, journaliste spécialisé. «Une année plus tard, sa carrière était terminée. Les mêmes gens qui lui tapaient sur l’épaule quand il était pilote changeaient de trottoir parce qu’il était sans le sou, presque infréquentable. Avec le recul, je suis convaincu qu’il avait le potentiel pour faire la même carrière que Jo Siffert et Clay Regazzoni.»

Au Congo, sans le sou mais avec l’envie de s’en sortir
Jean-Claude Rudaz n’a donc plus le moindre sou. «J’étais prêt à faire n’importe quoi mais je voulais m’en sortir.» Il troque alors son volant pour les commandes d’un avion. «Je suis parti pour le Congo sur un coup de tête. Et les mains vides. J’ai frappé à la porte de l’ambassade. Là, on m’a présenté un Valaisan de Venthône, Albert Berclaz. Il m’a déniché un boulot de mécanicien.» Son patron est à ce point content de son employé européen qu’il lui verse une prime de 5000 francs. Jean-Claude Rudaz rappelle alors sa femme, termine sa licence de pilote qu’il avait entamée aux côtés d’Hermann Geiger. «Un jour, alors que je n’avais que 150 heures de vol, un entrepreneur belge me propose de piloter son avion privé.»

Un peu plus tard, il est engagé par Air Congo pour ses avions de ligne. Vingt-cinq candidats pour quatre places. «Le responsable m’a dit: «Vous ne connaissez rien des grands transports mais vous avez du potentiel.»

Une nouvelle aventure professionnelle s’ouvre à lui. En 1972, il rentre en Valais à l’appel de Bruno Bagnoud. A ses côtés, il crée Transvalair, une compagnie valaisanne. «Paradoxalement, ma fierté, c’est d’y avoir mis un terme. J’ai stoppé son exploitation avant qu’elle perde de l’argent. Je n’ai pas laissé un centime de dette.»

Il a encore présidé le FC Sion
Un jour qu’il pilotait à Vienne, pour une compagnie charter, il croise la route de Niki Lauda et échange quelques mots. «Nous avons discuté cinq minutes, guère plus. Mais j’ai été frappé par sa simplicité.»

Il quitte TEA et s’engage pour Asian Airlines qui cherchait des pilotes pour ses Boeing 737. A l’approche de la soixantaine, un âge où les grandes lignes aux Etats-Unis sont bannies, il retrouve un jet privé, un Falcone. «J’ai fini comme instructeur simulateur. Une société a racheté mon contrat chez Asian Airlines et m’a offert une place à vie. J’y suis resté quinze ans, de quoi améliorer ma situation financière.»

Jean-Claude Rudaz a posé les commandes, définitivement, à l’âge de 73 ans. Au compteur, 25 300 heures de vol à travers les continents.

Entre deux, il a également été président du FC Sion entre 1978 et 1981. Après l’intérim des 7 Sages. «C’est René-Pierre Quentin qui était venu me chercher. En 1980, nous avons gagné la Coupe de Suisse avec deux étrangers dans l’effectif. Notre sponsor principal, c’était André Luisier. J’ai fini par lui remettre le club.»

Aujourd’hui, à 77 ans, le citoyen de Bramois passe l’essentiel de ses journées à bricoler et retaper de vieilles voitures. «J’en revends quelques-unes, pour libérer de la place. Sinon, je le fais pour moi, en autodidacte.» Jean-Claude Rudaz mène enfin une vie tranquille, quasi casanière.


article :
lenouvelliste.ch


COMITE ASCS : Président du Comité Exécutif | Resp. Relations Audi Club International (ACI) | Resp. Partenaires | Resp. Facebook | Rédacteur, Bloggeur
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 14884
  • Remerciements reçus 2909

porci82 a répondu au sujet : "Jean-Claude Rudaz", le pilote qui a troqué son volant F1 pour celui d’un boeing 10 Aoû 2022 10:08 #80500

Et un autre article plus récent, écrit par notre membre Laurent Missbauer :

Jean-Claude Rudaz, membre d’honneur de l’Automobile Club de Crans-Montana



Ancien pilote de F1 et brillant animateur de la course de côte de Sierre-Montana en 1964, année où il se qualifia à la 20e place du Grand Prix d’Italie de F1 à Monza, Jean-Claude Rudaz a été nommé ce samedi 6 août membre d’honneur de l’Automobile Club de Crans-Montana.

Jean-François Emery et Nelson Philippe, les deux principales chevilles ouvrières de l’Automobile Club de Crans-Montana, étaient tout sourire en posant samedi soir aux côtés de Jean-Claude Rudaz auquel ils venaient de remettre le diplôme de membre d’honneur de l’Automobile Club de Crans-Montana. Si le Sédunois Jean-Claude Rudaz, qui a fêté ses 80 ans le 23 juillet dernier, n’est pas très connu des jeunes générations, sachez qu’il faisait partie en 1964 des jeunes espoirs du sport automobile suisse en compagnie d’un certain Jo Siffert, de six ans son aîné.



Jo Siffert et Jean-Claude Rudaz ont par exemple terminé respectivement 11e et 16e à Silverstone, le 2 mai 1964, lors de l’International Trophy, une course de F1 qui ne comptait pas pour le championnat du monde de la spécialité et qui avait vu les deux champions du monde Jack Brabham et Graham Hill terminer aux deux premières places. C’est ce même Jack Brabham que l’on retrouve le 30 août 1964 au départ de la course de côte de Sierre-Montana, épreuve du championnat d’Europe de la montagne.



Au volant de sa Brabham-Climax de F1, Jack Brabham arrête les chronos en 6’53’’7 lors de sa meilleure montée de course entre Sierre et Montana. Il doit ainsi s’avouer vaincu face au jeune Jean-Claude Rudaz, vainqueur dans la catégorie des voitures de course. Au volant de sa Cooper-Climax de F1 achetée au Suédois Jo Bonnier, le pilote sédunois signe sa meilleure montée de course en 6’48’’5 pour terminer, à l’addition des deux meilleures manches, au 3e rang du classement général. Les deux premières places reviennent à la Ferrari 250 LM de l’Italien Lodovico Scarfiotti et à la Porsche 904 de l’Argovien Herbert Müller. Leurs meilleures montées sont respectivement chronométrées en 6’40’’7 et 6’47’’6. Quant aux Cobra engagées par Carroll Shelby (2e depuis la gauche sur notre photo où il pose à Sierre avec Bob Bondurant, Jochen Neerpasch et Jo Schlesser), elles terminent respectivement 5e (Bob Bondurant, 6’55’’5), 8e (Jo Schlesser, 6’58’’10) et 11e (Jochen Neerpasch, 7’01’’7).



Une semaine plus tard, le 6 septembre 1964, Jack Brabham, Lodovico Scarfiotti, Jo Siffert (au milieu ici avec Heinz Schiller et Karl Foitek qui ont également participé à la course de côte de Sierre-Montana) ainsi que Jean-Claude Rudaz se retrouvent au Grand Prix d’Italie à Monza. Jean-Claude Rudaz s’y qualifie en 20e position, mais casse son moteur au terme des essais. Comme il n’a pas de moteur de rechange, il doit déclarer forfait pour la course. «Je suis certes allé demander à Jack Brabham s’il ne pouvait pas me prêter un de ses moteurs Climax de remplacement pour la course, mais j’ai essuyé un refus poli», nous a raconté Jean-Claude Rudaz.







« Jack Brabham n’avait-il pas apprécié que je le batte une semaine auparavant à la course de côte de Sierre-Montana? A-t-il peut-être pensé que je n’aurais pas les moyens de lui payer son moteur de remplacement? Je ne le saurai jamais », conclut le pilote sédunois qui a été longuement applaudi lors de la soirée de gala de l’Automobile Club de Crans-Montana, au restaurant Viva Voce à Crans.



Quelques heures auparavant, l’Automobile Club de Crans-Montana avait organisé une exposition d’une quarantaine de voitures sur la rue du Prado à Crans. Plusieurs d’entre elles étaient exceptionnelles, à l’image d’une magnifique Lamborghini Miura et de plusieurs Ferrari. D’autres modèles étaient similaires à ceux qui avaient participé il y a plus de 50 ans à la course de côte de Sierre-Montana. On pense en particulier aux Cobra, Ferrari 275 et autres Porsche 356 qui ont attiré beaucoup de monde samedi passé à Crans-Montana. Cela pour le plus grand plaisir des restaurateurs et des hôteliers de la station.





« Cette première manifestation organisée par l’Automobile Club de Crans-Montana a été un grand succès. Elle a en effet rassemblé toutes les générations autour d’un art qui n’a pas d’âge: l’automobile. Je peux d’ores et déjà vous annoncer que la prochaine édition est agendée au 5 août 2023 », a pour sa part relevé Nelson Philippe, un ancien pilote qui a notamment participé en 2009 aux 500 Miles d’Indianapolis. De nationalité française mais résidant depuis plusieurs années à Crans-Montana, Nelson Philippe possède au moins deux points communs avec Jean-Claude Rudaz. Tous deux sont en effet né un 23 juillet, 1940 pour Jean-Claude Rudaz et 1986 pour Nelson Philippe, et tous deux ont mis un terme à leur carrière en sport automobile à la suite d’un grave accident, en 2009 pour Nelson Philippe et en 1965 pour Jean-Claude Rudaz.



lien :
sport-auto.ch


COMITE ASCS : Président du Comité Exécutif | Resp. Relations Audi Club International (ACI) | Resp. Partenaires | Resp. Facebook | Rédacteur, Bloggeur
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: audimann1965

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 14884
  • Remerciements reçus 2909

porci82 a répondu au sujet : "Jean-Claude Rudaz", le pilote qui a troqué son volant F1 pour celui d’un boeing 10 Aoû 2022 10:09 #80501

un sacré bonhomme!!!
ça vous dit de tenter de lée rencontrer lors d'un Valps, une sortie Heritage ou d'un apér'Audi?


COMITE ASCS : Président du Comité Exécutif | Resp. Relations Audi Club International (ACI) | Resp. Partenaires | Resp. Facebook | Rédacteur, Bloggeur

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 14884
  • Remerciements reçus 2909
Propulsé par Kunena